Des étiquettes sur mesure pour le Sénat

Au jardin

Longue Verte Panachée, Cuisse Madame, Ah Mon Dieu, Poire d’Amour, Reinette Dorée, Soldat Laboureur, Belle Américaine, Bergamotte, Mouille Bouche, Coule Soif, Citron des Carmes, Sainte Madeleine, Saint-Jean, Cuisse Madame, Kiss Madam, Doyenné, Poire de Neige, Citron de Septembre, Virgouleuse, Paradis d’Hiver, Chambrette …, pommiers et poiriers, variétés anciennes, partons à la découverte du jardin fruitier, verger collection extraordinaire dans les jardins du Luxembourg.

Une collection végétale très ancienne

Tout a commencé au XVII siècle avec Frère Alexis, originaire de Vitry, bourgade où était traditionnellement pratiqué l’art de former et d’élever les arbres fruitiers, qui entre au monastère de la Chartreuse de Paris.
Frère Alexis est alors chargé par les moines de développer sur leur domaine d’une quarantaine d’hectares une pépinière d’arbres fruitiers pour leur propre consommation et pour leur commercialisation. 

Plan général du Palais & Jardins du Luxembourg

La pépinière du Monastère de la Chartreuse

La pépinière connaît un véritable succès avec plus de 14000 arbres fruitiers produits chaque année sur le domaine. Succèdent au Frère Alexis, les frères François et Philippe qui perpétuent la réputation de la pépinière. A la mort de Frère Philippe en 1750, la pépinière est alors confiée à l’illustre arboriculteur Christophe Hervy qui la dirigera pendant 46 ans avec son fils, ils créeront la plus précieuse collection d’arbres fruitiers au monde.

Une histoire mouvementée

La révolution et la nationalisation des biens du clergé vont mettre en péril la collection, une grande partie des arbres sera vendue.

Après de nombreux bouleversements (dont sa transplantation dans l’ancien domaine royal de Sceaux en 1795) et de multiples projets, la collection fruitière sera réinstallée sur les lieux des Chartreux à la demande de Jean Chaptal, ministre de l’intérieur sous Napoléon 1er.  Les études d’Hervy indiquent qu’entre 1816 et 1826, la pépinière contient entre 44000 et 71000 arbres sur 8 hectares.

La pépinière connaîtra ensuite à nouveau des moments difficiles et fort heureusement à partir des années 1970, à la faveur d’une prise de conscience de l’appauvrissement du patrimoine végétal, la collection des pommes et poires est reconstituée comme une contribution à la biodiversité en plein cœur de Paris.

Bergamotte d’été
un poirier très ancien cultivé par les Moines Chartreux

Le verger aujourd’hui

Le verger compte désormais 330 variétés de pommes et 230 variétés de poires sur 1100 arbres répartis sur 2 200 m2.

Les savoir-faire des jardiniers qui se sont succédé dans le verger du Luxembourg, acquis et transmis au fil des siècles, sont toujours bien vivants: multiplier les arbres fruitiers, faire naître les formes, tailler, faire fructifier, éclaircir les fruits, les ensacher, récolter, conserver et atteindre la maturité, telle est toujours la mission de l’équipe en place.

Les étiquettes du verger

Chaque arbre est répertorié dans une base de données, identifié au jardin à l’aide d’une étiquette gravée au laser sur laquelle sont inscrits:

  • la date d’obtention
  • le nom vernaculaire : Petit Muscat, Epine d’Hiver, Fondante de Croncels, Reinette Grise d’Hiver,…
  • la période de maturité
  • la forme : Palmette à la diable, U simple, U double, Gobelet, Cordon vertical, …
  • la date de plantation
  • Un pictogramme avec un moine Chartreux complète l’identification pour les variétés provenant le l’illustre collection.

Les étiquettes sont accrochées sur les fils de palissage pour être visibles et lisibles facilement. En aluminium anodisé, vert ajonc (Ral 6013), coloris spécialement fabriqué à la demande du Sénat, elles sont gravées au recto et au verso.

Depuis 1991, la collection des arbres fruitiers du Jardin du Luxembourg a reçu le label Collection nationale par le CCVS (Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées)

pour en savoir plus
L’histoire du jardin fruitier du jardin du Luxembourg
Catalogue méthodique et Classique / Michel Christophe Hervy (1757 -183.)
CHALGRIN, l’architecte qui transforma le Palais du Luxembourg
Collection fruitière du jardin du Luxembourg Naturalia Publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.